Travaux Quai Jeanne d'Arc

Travaux Quai Jeanne d'arc

Travaux quai Jeanne D'arc

Aspv 008

Recours en annulation du permis

30 avril 2015 Communiqué de presse de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Valericain Construction d’une base de sport de nature et d’une structure privée Quai Jeanne d’Arc à Saint-Valery-sur-Somme : les travaux ont démarré malgré l’illégalité du permis de construire L’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Valericain et plusieurs habitants de Saint-Valery-sur-Somme ont formé au mois de mars un recours à l’encontre de l’arrêté du Maire de Saint-Valery-sur-Somme du 19 janvier 2015, accordant à la Commune un permis de construire d’une base de sport de nature et d’une structure privée, Quai Jeanne d’Arc. Ce recours a pour objet l’annulation de ce permis de construire signé par le Maire sans avoir obtenu l’autorisation préalable du Conseil municipal pour déposer une demande au nom de la Commune. Le Maire a en effet agi dans la précipitation dans un intérêt purement financier, l'octroi de subventions à condition que les travaux soient achevés avant la fin de l'année 2015. La construction moderne envisagée est, par ailleurs, située dans le champ de plusieurs édifices classés en tant que monuments historiques, ce qui a pour effet de détériorer le paysage historique et pittoresque du site. Elle ne respecte ni le Plan Local d’Urbanisme en matière d’accessibilité et d’intégration, ni les zones de protection environnementales : la demande de permis n’a fait l’objet d’aucune étude relative aux impacts sur l’environnement et sur la sécurité des personnes. Or malgré ce recours et en laissant croire que des modifications ont été apportées au permis de construire, le Maire a donné les instructions pour que le chantier de construction démarre. L’Association vient en conséquence de déposer une requête en référé pour obtenir d’urgence la suspension des travaux dans l’attente de la décision du Tribunal sur le caractère illégal du permis. Le démarrage des travaux constitue un véritable « coup de force » de la Mairie que l’Association dénonce avec vigueur.  Contact : anne.costa-zammith@orange.fr Travaux trou 4Travaux trou 2 Travaux trou 3

Courrier Picard réponse de Mr Haussoulier

L’Association pour la sauvegarde du patrimoine valéricain a saisi le tribunal administratif d’Amiens en référé contre le lancement du chantier de la future base de kayak, à l’extrémité du quai Jeanne d’Arc ; Cette initiative confirme un profond désaccord sur la nature de cet équipement, son volume, son emplacement avec la majorité municipale. Laquelle a déjà eu maille à partir avec les trois élus d’opposition sur ce dossier. Il est destiné à fournir un équipement fonctionnel à ce club, à la fois pour son activité associative et pour son développement commercial. Joint hier, le maire de Saint-Valery, Stéphane Haussoulier réagit à cette initiative : « Pour ma part, toutes les concessions ne remettant pas en cause la nature, l’économie et l’usage de cet équipement ayant été faites, je considère que le droit peut passer. Je me conformerai à la décision du tribunal. Cela dit, ces gens, dont l’objectif est que finalement, rien ne se fasse, prennent le risque de perdre des subventions si une éventuelle suspension était décidée. Il faudra alors que chacun prenne ses responsabilités. Mais si l’idée est de faire obstacle à tout projet, qu’ils sachent que les élus de Saint-Valery ne resteront pas inactifs. »

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×